Nouvelle

Les Anciens Élèves d’IIS explorent le thème de la Shari‘a dans l'Epoque Contemporaine

3 juillet 2012

Ce séminaire universitaire a été une occasion permettant aux anciens élèves d’IIS de s’engager avec des chercheurs spécialisés dans le domaine et de discuter de la shari‘ainfo-icon et de sa pertinence concernant des questions éthiques, intellectuelles et sociales dans des contextes contemporains.

M. Shiraz Kabani a ouvert la session en mettant en évidence la manière dont les séminaires académiques annuels permettent aux anciens élèves d’explorer des thèmes de pertinence contemporaine, tout en contribuant à leur développement académique et intellectuel. Il a également exposé les principales questions que ce séminaire particulier a cherchées à adresser. Elle a été suivie par une séance de discussion avec M. Shams Vellani, Directeur des Projets Spéciaux à l’IIS, qui a partagé des exemples de la manière dont les communautés musulmanes, y compris les Ismailis, ont eu à aborder des questions juridiques et éthiques dans le cadre de leurs divers contextes.

À la session suivante, Modernité et Discours de la Sharia, le Professeur Moncef Ben Abdeljelil, Professeur de la Pensée Classique Islamique et Doyen de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines, à l’Université de Sousse (Tunisie), s’est posé la question de savoir comment les musulmans peuvent concevoir à partir de la Sharia. Pour le professeur Abdeljelil, la Sharia est assimilée non pas à du droit, mais plutôt à une forme de théologie normative. Il a soutenu que dans les sociétés musulmanes contemporaines, les musulmans ont besoin de concevoir l'Islam sans Sharia. Selon le professeur Abdeljelil, il faut percevoir la religion comme un phénomène qui parle à des besoins humains essentiels, séparant le droit de la théologie et en enracinant la légitimité du droit dans son acceptation par le peuple dans une société, reconnaissant que l'identité musulmane est une construction culturelle continue et non pas le produit d’un respect tout particulier à la Sharia.

Le Professeur Abdullahi An-Naim, Directeur du Center for International and Comparative Law, Emory University School of Law, États-Unis, a considéré la place du discours sur la Sharia dans les sociétés musulmanes. En examinant les exemples modernes, il a soutenu qu'il y avait une place pour la religion dans la sphère politique, mais que l'implication de la religion devait être fondée sur une distinction claire entre l'État et la politique. Alors que la politique peut inclure des problèmes et un raisonnement religieux, toute activité de l'État doit être neutre.

Le deuxième jour, le Professeur Abou Filali-Ansary, qui a été le directeur fondateur de l’Institut de l’Université Aga Khaninfo-icon pour l’Étude des Civilisations musulmanes (2002-2009), est revenu sur la question de la définition de la Sharia en articulant deux conceptions très différentes de la Sharia. Il l’a décrite à la fois comme un chemin éthique et un système juridique complexe qui comprend des pratiques sociales et la réglementation de l'ordre social. Selon le Professeur Filali-Ansary, afin de s'attaquer aux questions contemporaines sur la Shari’a, les musulmans ont besoin d'avoir une meilleure compréhension de ce qu'il est et ce qu'elle a été historiquement.

Le Docteur Amyn B. Sajoo, Chercheur Résident au Centre de l'Université Simon Fraser pour l'Etude Comparative des Sociétés et Cultures Musulmanes à Vancouver, au Canada, a étendu la discussion au domaine de la bio-éthique comme un exemple d'éthique publique appliquée. Le Docteur Sajoo a remis en question la dichotomie qui est établie entre le droit et l'éthique, affirmant que la Sharia ne peut pas être séparée nettement en droit ou en éthique. Discutant d’une étude de cas de don d'organes, le Docteur Sajoo a exploré des expériences de don d'organes en Égypte et en Iran, se référant au rôle de la maslaha (le principe de l’intérêt général ou l’ordre public) dans les controverses juridiques et éthiques contemporaines.

Alumni and Staff with Dr Esmail on the last day of 2011 Academic Seminar; IIS 2012.Le troisième jour, le Docteur Aziz Esmail s’est engagé avec les anciens dans une vaste discussion sur des questions de droit et d'éthique, il a plus particulièrement exploré l'idée des valeurs culturelles lorsqu'elles s'appliquent à des dilemmes éthiques et juridiques. Le Docteur Mohamed Keshavjee a conclu les sessions pratiques en examinant à quel point le séminaire universitaire avait été un examen hautement complexe et exploratoire. Il a noté, en particulier, un certain nombre de questions qui méritent une exploration plus approfondie dans l'avenir, y compris l'idée d’un pluralisme juridique, de quelles institutions sociales sont responsables de la production du droit, et la question troublante de savoir si la Shari‘a du passé saura répondre aux besoins de l'avenir

En plus des séances académiques, le séminaire a également inclus une après-midi pour visiter plusieurs sites célèbres d'Istanbul, dont le Palais de Topkapi, l’Hagia Sophia, la Mosquée Bleue et les Citernes Romaines.

Pages en relation sur le site web d’IIS :

  • Nouvelles Archives, 2011 : Le Séminaire Académique des Anciens Diplômés d’IIS met l'accent sur l'Éducation et les Communautés de Foi
  • Nouvelles Archive, 2010 : Le Séminaire Académique des Anciens Diplômés d’IIS met l'accent sur la Pauvreté
  • Nouvelles Archive, 2008 : Séminaire Académique pour les Anciens Diplômés d’IIS